Hello ! Je m’appelle Zaina, j’ai 21 ans et je suis étudiante en deuxième année de communication à Montpellier. Il y a maintenant 1 an j’ai fait la découverte de l’association Youth ID et depuis, ma vie à changer pour le meilleur. À travers cet article j’aimerais vous partager mon histoire et remercier d’abords les personnes de l’équipe qui ont été toutes bienveillantes et très encourageantes et sans qui je n’aurais surement pas eu une telle aventure. J’aimerais également vous faire découvrir ce qu’est l’aventure Youth ID, au-delà des voyages que vous pouvez voir à travers les posts sur nos réseaux sociaux, Youth ID c’est un engagement, beaucoup de travail et surtout une grande famille de voyageurs qui compte maintenant plus d’une centaine de voyageurs par an. C’est également pour moi une belle manière de terminer mon service civique et cette belle année passée au sein de l’équipe.

 

Avril 2021

J’ai découvert Youth ID à une période de ma vie ou j’avais vraiment besoin de voir autre chose, de partir à l’aventure et surtout de faire de nouvelles rencontres après l’année assez dure que j’avais connue. En effet, j’étais en pleine réorientation scolaire et assez perdue en ce qui concerne mon avenir. J’ai toujours été passionnée de voyages mais je n’avais ni l’argent ni le temps ni le courage de sauter le pas. J’en avais assez d’attendre que mes amis se libèrent pour que je puisse enfin voyager et vivre ma vie comme je le voulais. C’était donc l’occasion rêvée pour moi de ne plus attendre personne et de faire mon propre chemin. Un beau matin, alors que je lisais mes mails étudiants, je reçois un email annonçant l’atelier “Nomade engagée” disant « Vous souhaitez partir à l’étranger gratuitement mais vous ne savez pas comment faire ? Participer à notre zoom pour en savoir plus ! ». Au début, je n’y croyais pas trop mais j’étais tellement motivée par mon envie de partir que je me suis inscrite et après avoir participé à l’atelier, j’ai directement commencé à chercher un volontariat.

Mai 2021

 Étant étudiante en communication et passionnée par l’audiovisuel, je cherchais un volontariat qui serait assez proche de ma filière pour que je puisse apporter mes connaissances sur le terrain et peut-être même apprendre moi-même d’autres méthodes. J’ai donc basé mes recherches sur le corps européen de solidarité par rapport au domaine et aussi surtout au pays, je souhaitais découvrir une nouvelle culture, un nouveau mode de vie, sortir de ma zone de confort.  Pendant 3 semaines j’ai postulé à plus de 10 volontariats et fait énormément de lettres de motivations et d’entretiens en visioconférences.  J’en ai finalement trouvé un qui sortait vraiment du lot et qui correspondait à mon profil et à mes critères. C’était celui-ci que je voulais et pas un autre, alors j’ai envoyé mon meilleur CV, ma meilleure lettre de motivation et j’ai réussi à avoir un premier entretien, puis ils nous ont envoyé un mail pour nous dire qu’il y avait beaucoup de demandes et qu’il fallait que l’on fasse preuve de motivation pour pouvoir sortir du lot.

Je peux vous dire que je suis rarement sûre et certaine de ce que je veux faire, et pour une fois que je l’étais ! Il était hors de question pour moi de laisser cette occasion me glisser entre les mains. J’ai donc décidé de faire un diaporama qui s’appelait : « Voici pourquoi vous devez me choisir ! » La coordinatrice m’a même avouer une fois sur place : « ça a beaucoup fait rire mes collègues au bureau » bon…  Ce n’était pas le but recherché mais ça a fonctionné ! J’ai été acceptée pour un volontariat de deux mois pour mes vacances d’été scolaire juillet – Août 2021.

Juillet 2021

Après plusieurs visioconférences et échanges avec l’association d’accueil et Youth ID, la signature du contrat et la réservation de mon billet d’avion, me voici enfin dans l’avion direction la Grèce, seulement 2 mois après la découverte de l’association ! J’atterris à Thessalonique ou une autre volontaire espagnole qui participait à un autre programme avec la même association m’attendait pour qu’on fasse le trajet ensemble jusqu’à l’endroit prévu pour les deux mois. J’arrive donc à Arnaia, c’est un tout petit village tout mignon, dans les montagnes grecques, très traditionnel qui ressemble un peu au village de Raiponce dans le film Disney ! Je suis arrivée quelques jours en retard par rapport au reste du groupe, ce qui me faisait un peu peur parce que cela s’ajoutait au fait que je ne les connaissais pas, qu’on ne parlait pas la même langue et qu’ils avaient déjà tous fait connaissance. Finalement une fois arrivée au logement, j’ai été surprise par l’accueil que j’ai pu recevoir, ils étaient tous super bienveillants, ils m’ont fait la visite de notre logement pour l’été et on est partis dîner au petit restaurant traditionnel du village le soir même. Le logement était plus grand que ce qu’il paraissait sur les photos, c’était une ancienne résidence universitaire, nous avions notre petit appartement avec 3 chambres, salles de bains et cuisine puis juste à côté, il y avait pleins d’autres chambres, des salles de jeux, un énorme espace vert et des salles de travail et de projection ou on allait bosser sur nos projets. Le logement accueillait également des Erasmus +.

Les tâches qui nous étaient attribuées durant notre volontariat étaient très enrichissantes et très diversifiées. Nous étions donc 8 volontaires étrangers et 10 volontaires grecques du village. Par groupe de 5 nous devions créer des événements culturels et sportifs dans le village pour divertir les enfants et leur amener un peu de vie. Nous avons donc organisé un tournoi de foot et de basket, une projection de film en plein air, une randonnée, une chasse aux trésors géante, et pleins d’autres activités. Nous proposions également des cours d’anglais aux enfants qui en grande majorité ne parlaient que grec ainsi que des cours de musique. En bref, nous allions au contact de la population sur place pour leur proposer des activités totalement gratuitement afin d’animer le village et de le rendre un peu plus vivant. Au-delà de l’événementiel, nous organisions aussi des marches vertes en bord de mer, nous repeignons des murs d’école maternelle, ou encore, nous assistions à des cours de montage vidéo par un journaliste espagnol qui nous a accompagné tout au long du volontariat et qui nous a permis de réaliser à la fin de celui-ci un documentaire sur les habitants d’Arnaia.

 Maintenant, vous devez surement vous dire que ça fait beaucoup de travail tout cela non ? Eh bien figurez-vous qu’on avait encore le temps de faire des soirées presque tous les soirs, des road – trip et pleins d’autres escapades partout en Grèce. Effectivement, nous avions le droit à nos week-ends de libres, certaines de nos après-midis et 4 jours off par mois, ce qui suffit largement ! Personnellement, j’ai utilisé ce temps pour visiter le pays avec une autre volontaire française rencontrée sur le projet, nous avions pu visiter Kavala et Thassos ou encore Santorini pour finir notre séjour en Grèce ! J’en garde des souvenirs incroyables !

 

Septembre 2021

Ce volontariat était une expérience super enrichissante sur tous les points, juste le fait de vivre avec des personnes d’origine différentes, dans un pays ayant une culture différente, entouré de personnes ne parlant pas la même langue que moi, ni le même alphabet c’est déjà super comme aventure ! Dans ce genre de situation on apprend à communiquer différemment et ça rend le moment encore plus authentique ! Ce sont des moments forts qui resteront gravés dans ma tête à jamais et je remercie tous les gens qui ont pu participer à cette aventure extraordinaire.

 À mon retour en France, j’ai repris mes cours en L2 de communication et je cherchais un stage dans la communication digitale qui était en rapport avec mes passions. En réfléchissant un peu, je me suis dit que Youth ID serait l’occasion parfaite ! J’ai donc envoyé un mail à Yanis et celui-ci a directement accepté de me laisser ma chance, tout en sachant que c’était ma première réelle expérience professionnelle dans le domaine de la communication. De plus, c’était un challenge pour eux également car j’effectuerai le stage tout à distance étant donné que je suis étudiante à Montpellier et les bureaux sont eux situés à Paris, c’était la seule solution possible pour moi. J’ai donc commencé mon stage avec 16h par semaine environ en même temps que mes cours.

J’ai trouvé le stage super intéressant, et par chance à la fin de mon stage l’association recherchait quelqu’un pour un service civique.

Ce n’était absolument pas dans mes plans de faire un service civique, et encore moins pendant mes études mais l’occasion était tellement bien arrivée que je n’ai eu d’autre choix que de l’accepter avec joie mais également avec beaucoup d’appréhension. En effet, je signais quand même pour un 25 heures de service civique en même temps que mes cours à l’université. Maintenant que j’ai terminé mon service civique, je suis tellement fière et heureuse de l’avoir fait, mon emploi du temps était super chargé certes, mais avec de la motivation et beaucoup de discipline tout est atteignable ! J’ai vécu des moments super, j’ai été formée comme en alternance, j’ai senti aucune différence entre moi et mes collègues qui elles étaient sur place au bureau. Ils ont su m’accorder leur confiance et pour ça je les remercie encore ! Durant mon service civique, j’ai appris beaucoup de techniques de communication digitale mais j’ai également eu la chance de voyager grâce à mon travail et ça c’est très rare ! J’ai fait plusieurs salons solidaires, des ateliers, des rencontres, je suis allée à Genève, à l’UNESCO à Paris, à grenade et j’ai rencontré des gens incroyables ! La force d’un service civique chez Youth ID c’est sans hésiter son inter-culturalité et son ouverture à de nouvelles opportunités.

Si vous deviez retenir une leçon à travers cet article ça serait d’apprendre à sortir de votre zone de confort et saisir les opportunités qui se proposent à vous ! On va tous avoir peur avant de partir et c’est bien normal mais le plus fort d’entre nous sera celui ou celle qui réussira à aller au-delà de cette peur. Si j’avais écouté mes peurs, je n’en serais jamais arrivée là ! Alors lancez-vous ! Je n’aurais jamais imaginé lors de mon premier zoom « nomade engagée » qu’un jour, j’en arriverais là…